000-000

Supplément gratuit du Courrier du médecin vaudois no 5-2009 ❦ Ne peut être vendu séparément.
La dyspnée de repos en soins palliatifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sur la dyspnée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Echelles de la New York Heart Association et du professeur Sadoul ire. 6 Echelle de Borg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Echelles visuelle analogique, numérique et verbale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . a. 7 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prévalence, conséquences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . m. 7 Pathophysiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Etiologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Evaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Principes généraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Approche non pharmacologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10Approche étiologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . om.11 Approche pharmacologique symptomatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11Ventilation non évasive (VNI) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13Médecines complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S.13 Sédation palliative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Quelques références utiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Fondation
Pallium

Editeurs
Reviewer
Dr Guillemette LavalUnité de recherche et de soutien en soins palliatifsHôpital A.-Michallon38043 [email protected] Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs Douleur, dyspnée.combien ces deux symptômes pénibles pour le malade sont susceptibles d’occasionner angoisse chez les proches, mobilisation des soignants et pressantes requêtesauprès du médecin traitant.
Douleur et dyspnée sont plus proches qu’on ne l’imagine. Elles partagent à la fois une dimension subjective et inconfortable, voire dévastatrice. Seul le patient peut quantifier sa douleurou sa difficulté à respirer. Comme pour la douleur, il n’existe pas de corrélation évidente entre la plainteet les signes objectivables. Ces deux expériences peuvent influencer profondément l’ensembledes autres dimensions de l’individu. A leur tour, ces dimensions influencent significativementla perception de ces deux symptômes. Ainsi, à la notion de «total pain» on peut ajouter maintenant cellede «total dyspnea».
Cette perception vérifiée quotidiennement au chevet du patient rejoint les connaissances scientifiques les plus récentes. En effet, avec l’avènement des nouvelles techniques d’imagerie cérébrale,on découvre que les modalités de perception centrale sont très proches, voire similaires, pour ces deuxsymptômes.
La dyspnée mériterait d’être l’objet d’une recherche scientifique plus active, compte tenu de sa prévalence et de ses conséquences délétères. Si le défi apparaît difficile à relever, les connaissancesacquises sur la douleur et les nouvelles technologies d’exploration du cerveau devraient nous permettredes avancées décisives ces prochaines années.
Ce cahier est financé par l’Association des réseaux Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs Définition, évaluation• Expérience subjective d’inconfort respiratoire touchant 50 à 95% des patients en fin de vie, ayant de graves répercussions sur leur qualité de vie.
• Son évaluation repose sur les dires du patient. Son intensité est mesurée à l’aide d’échelles, telles que l’échelle de Borg ou l’échelle visuelle analogique ou numérique (voir boîte à outils p. 6).
f infection pulmonaire, broncho-aspiration f insuffisance cardiaque, épanchement péricardique Traitements: la dyspnée est une urgence• Approches étiologiques • position semi-assise dans le lit, vêtements amples• bonne ventilation de la chambre, fenêtre à proximité, ventilateur, rafraîchissement • dépenses d’énergie limitées au minimum f physiothérapie chez le patient conscient et collaborantf oxygénothérapie f dyspnée de repos réfractaire aux traitements étiologiques: • patient naïf d’opioïde: morphine PO 2-5 mg ou SC 1-2,5 mg/4 h + réserves; titrer • patient déjà sous opioïde: augmentation de 25% des doses en privilégiant la morphine à action rapide + réserves; titrer selon réponse clinique f si composante cardiaque: test au furosémide, dérivés nitrésf si bronchospasme: • ipratropium + salbutamol (Atrovent® + Ventolin®) en aérosols si collaboration • salbutamol (Ventolin®) SC 0,25-0,5 mg/4 h si collaboration insuffisante• dexaméthasone (Méphamésone®, Fortecortin®) SC 8-16 mg/j si composante f si composante anxieuse malgré le traitement de la dyspnée: • état de panique, anxiété chez sujet jeune: lorazepam (Temesta®) SL 0,5-1 mg 3×/j; • anxiété patient BPCO: buspirone (Buspar®) PO 5 mg 3×/j; titrer selon réponse clinique (délai d’action 2-3 semaines) • anxiété patient âgé, état de panique: levomépromazine (Nozinan®) PO/SC 3-5 mg • glycopyrrolate de sodium (Robinul®) SC 0,2-0,4 mg/4-6 h ou 1,2-2 mg/j en continu • scopolamine TTS 1-3 patchs/72 h (cave: delirium) ou• sulfate d’atropine (Bellafit®) SL 0,1-1,2 mg/4-6 h (cave: delirium)• si échec, lévomépromazine (Nozinan®) SC 3-5 mg aux 8 heures à titrer en fonction Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs Quelques conseils pratiquessur la dyspnée • L’évaluation fréquente et répétée de la dyspnée (aux heures, jours, semaines, selon le stade) est le meilleur guide de la conduite du traitement. • En situation terminale ou de dyspnée extrême, l’anamnèse prise auprès du patient utilise des questions simples, auxquelles il est possible de répondre par oui ou non. • L’observation clinique de la manière de respirer (fréquence, intervention des muscles accessoires) et de ses modifications est déterminante dans le suivi. • Une écoute empathique du patient, une communication claire, des explications et des réponses aux questions de celui-ci et de son entourage contribuent fréquemment à réduire l’angoisse engendréepar la dyspnée. • La disponibilité téléphonique, les mesures préventives et anticipées (médicaments de réserve, personnes de référence à contacter) rassurent patient et proches sur les possibilités d’action en casd’urgence. • Ne pas négliger les mesures non pharmacologiques qui contribuent de façon importante au • Rechercher et traiter les symptômes contributifs, tels que la douleur, l’angoisse ou la constipation, qui aggravent fréquemment la dyspnée. • Prendre l’avis d’un spécialiste (pneumologue, cardiologue, neurologue, par exemple), afin de s’assurer que toutes les approches étiologiques ont été explorées. • Envisager l’hospitalisation en cas de détresse respiratoire ou psychologique réfractaire vécue Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs Echelles de la New York Heart Association (NYHA) et du Prof P. SadoulEchelles cliniques s’appliquant à l’état habituel du patient.
gêne fonctionnelle pour une activité physique gêne fonctionnelle pour une activité physique dyspnée au moindre effort et/ou au repos Appréciation
Degré de perception de la dyspnée
Pire essoufflement
Pas d’essoufflement
possible
9 10 Pire essoufflement
Pas d’essoufflement
possible
Pire essoufflement
Pas d’essoufflement
possible
Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs • La dyspnée est un symptôme particulièrement pénible et angoissant pour le patient, les proches et les • Ce cahier du Guide des soins palliatifs du médecin vaudois traite la dyspnée de repos survenant dans les • La dyspnée peut survenir de manière aiguë ou progressive, relever de la phase terminale de la maladie, ou survenir de manière transitoire au cours de son évolution.
• L’American Thoracic Society définit la dyspnée comme – une «expérience subjective d’inconfort respiratoire pouvant se manifester sous forme de sensations qualitativement distinctes, d’intensité variable.
– La sensation provient de l’interaction entre des facteurs physiologiques, psychologiques, sociaux et environnementaux, et peut induire des réponses secondaires physiologiques etcomportementales».
La dyspnée est subjective. Son intensité n’est pas forcément corrélée avec la fréquencerespiratoire, la saturation en oxygène ou d’autres paramètres objectifs. La plainte dupatient est le critère déterminant de la prise en charge.
• La dyspnée est fréquente en fin de vie. Son incidence augmente avec le stade évolutif de la maladie.
• Sa prévalence varie en fonction de la pathologie: – 95% dans la BPCO,– 70% dans les cancers et les démences,– 60% dans l’insuffisance cardiaque,– 50% dans la SLA.
• En soins palliatifs, en l’absence de traitement étiologique disponible, la dyspnée est un facteur de • Elle altère la qualité de vie de la personne malade, entrave ses activités de la vie quotidienne et l’isole • Elle est fréquemment associée à des troubles de la thymie (dépression, anxiété).
• La respiration est régulée de manière involontaire et automatique au niveau du tronc cérébral. Cette régulation relève avant tout de la PaCO , de l’équilibre acido-basique et de la PaO . Elle est ajustée par des neuromodulateurs et des neurotransmetteurs relayant les informations entre les centres del’éveil, le cortex moteur, les chémorécepteurs, les voies aériennes et les muscles respiratoires.
• La respiration automatique peut être interrompue par un contrôle volontaire, lorsque le sujet parle, • La dyspnée apparaît lorsque survient un déséquilibre entre la commande et la réponse du système respiratoire (dissociation neuro-mécanique). Ce déséquilibre apparaît dans des conditions telles que:– une augmentation de l’effort respiratoire: pathologie du parenchyme ou des vaisseaux pulmonaires, syndrome obstructif ou restrictif, – une atteinte des muscles respiratoires: maladie neuro-musculaire, cachexie,– une anomalie des échanges gazeux.
Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs • Il est essentiel de rechercher chaque fois que possible la (les) cause(s) de la dyspnée afin d’instaurer • En soins palliatifs, la dyspnée est le plus souvent d’origine multifactorielle, rendant l’approche f BPCO, asthmef infection pulmonaire, broncho-aspirationf lymphangite carcinomateusef embolief fibrose pulmonairef épanchement pleuralf hypertension pulmonaire f insuffisance cardiaquef épanchement péricardique f sclérose latérale amyotrophiquef myopathief paralysie diaphragmatique f cachexief anémie, asthénief acidose métaboliquef anxiété, douleurf ascite, hépatomégalief syndrome de la veine cave supérieuref centrales (AVC, cancer primaire ou secondaire, etc.) • La dyspnée étant subjective, son évaluation repose avant tout sur les descriptifs donnés par le patient et les données quantitatives obtenues au moyen des échelles d’auto-évaluation (voir boîte à outils p. 6).
Ces échelles, en plus de l’évaluation ponctuelle de la dyspnée, permettent de documenter l’évolutionet le suivi du traitement.
– antécédents médico-chirurgicaux, co-morbidités, antécédents professionnels,– expositions à risque (tabac),– date d’apparition de la dyspnée, mode d’installation (progressive ou brutale),– évaluation qualitative (termes utilisés pour la décrire),– évaluation quantitative (échelle visuelle analogique, échelle de Borg),– facteurs aggravants et apaisants,– impact fonctionnel sur les activités de la vie quotidienne (scores de performance),– traitements antérieurs, bénéfices et effets secondaires,– histoire de vie, contexte familial et social, rôle des proches,– attentes du patient,– niveau d’information et de compréhension que ce dernier possède de sa maladie.
Beaucoup de patients en fin de vie sont dans l’incapacité de communiquer leur sensationde dyspnée. Son évaluation repose alors sur l’observation soignante. En cas de doute,il est recommandé d’introduire ou d’ajuster le traitement.
Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs • D’autres outils, tels que l’ESAS (voir Guide des soins palliatifs du médecin vaudois No 2), qui inclut l’auto-évaluation de symptômes fréquemment associés à la dyspnée (douleurs, angoisse, nausées),peuvent également s’avérer utiles.
• Les questionnaires validés spécifiquement dans la dyspnée, tels que le questionnaire Saint-Georges, sont longs à compléter et s’adressent surtout au suivi de la dyspnée chronique. Ils sont peu utilesdans les formes sévères et avancées de dyspnée.
– fréquence respiratoire, régularité des cycles inspiration-expiration,– rapport temps inspiratoire/temps expiratoire,– mode ventilatoire: respiration superficielle, profonde, intervention des muscles accessoires, tirage intercostal, symétrie des mouvements de la cage thoracique, – caractéristiques du visage: cyanose labiale, lèvres pincées à l’expirium, battement des ailes du nez, – de leur faisabilité,– de l’étiologie de la dyspnée lorsqu’elle est connue,– des objectifs fixés avec le patient,– de l’impact sur l’attitude thérapeutique.
• Ils sont envisagés pour autant qu’ils soient proportionnels au bénéfice attendu et que l’inconfort occasionné soit acceptable pour le patient:– examens de premier recours: formule sanguine, CRP, ECG, RX thorax,– examens hospitaliers: US ou CT, saturométrie, gazométrie,– examens utiles au spécialiste: échographie cardiaque, fibroscopie.
• La prise en charge fait appel à plusieurs approches souvent simultanément, non pharmacologiques, pharmacologiques, étiologiques, symptomatiques, invasives ou non invasives, voire à la sédationpalliative lors de dyspnée réfractaire.
Approche pharmacologique
symptomatique
Approche
non pharmacologique
Approche étiologique
• L’étiologie doit guider le traitement chaque fois que possible: meilleur bénéfice avec souvent moins • Le traitement est réévalué sur une base régulière (mois, semaines, jours, heures) selon le stade de la • Les objectifs thérapeutiques, les critères d’évaluation, la fréquence et les personnes chargées de l’évaluation doivent être déterminés clairement.
Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs • Les mesures non-pharmacologiques ont fait la preuve de leur efficacité dans le soulagement de la dyspnée. Elles sont d’autant plus importantes que les approches pharmacologiques ont un impactlimité.
Mesures générales
– chez le patient encore capable de se mobiliser, encourager la position qui lui convient le mieux,– chez le patient trop faible ou comateux, position semi-assise, dossier du lit à 45°, coussin sous • Vêtements amples.
• Bonne ventilation/aération des locaux, ventilateur sur la table de nuit, fenêtre à proximité.
• Atmosphère calme, espace suffisant autour du lit.
• Rafraîchissements réguliers du visage.
• Dans les situations extrêmes, la dépense d’énergie doit se limiter au minimum: – parcours de marche avec nombreuses pauses,– toilette au lit avec aide,– visites brèves,– examen somatique simplifié,– repas fractionnés, de texture adaptée.
Physiothérapie
• Elle n’est efficace que chez un patient conscient et collaborant. Elle a pour objectifs de: – induire l’élimination des sécrétions,– améliorer l’efficience de la toux,– favoriser une respiration efficace et régulière (cycles respiratoires, positionnement),– combattre l’hypoventilation,– améliorer l’oxygénation,– réduire la rétention de CO .
• Appliquer la physiothérapie de manière douce, dans une atmosphère calme.
• Eviter les percussions thoraciques et préférer les massages et vibrations pariétales, en choisissant le rapport inspirium/expirium le plus favorable en termes de dépense d’énergie.
Oxygénothérapie
• Ses effets sur la dyspnée au repos des patients atteints d’un cancer ou d’une BPCO sont controversés: certains en bénéficient, d’autres pas sans qu’il soit possible de prédire la réponse. Il n’y a pas d’étudechez le patient insuffisant cardiaque stade IV. Il est donc recommandé d’effectuer un essaithérapeutique.
• Son indication est donc posée sur une base clinique, indépendamment de la SaO .
• Son administration est attentivement étalonnée chez le patient BPCO.
• Le bénéfice de l’oxygénothérapie est évalué le plus objectivement possible (échelle d’évaluation), afin d’éviter toute dépendance inutile lorsque le patient n’en profite pas.
• Les lunettes nasales sont mieux tolérées que le masque.
• L’obtention d’oxygène à domicile pour une situation palliative n’est pas soumise aux critères exigés f Un patient peut être dyspnéique malgré une bonne saturation.
f Un patient avec une mauvaise saturation peut ne pas être dyspnéique.
f L’oxygénothérapie peut améliorer la dyspnée d’un patient hypoxémique sans modifier Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs • Chaque fois que possible et approprié, les traitements étiologiques sont privilégiés.
f bronchodilatateursf corticostéroïdesf physiothérapie f diurétiquesf digoxinef antagonistes ou inhibiteurs de l’enzyme de conversion f corticostéroïdesf stent, laser, radiothérapie • Lorsque les mesures d’ordre général, les approches non pharmacologiques et les traitements étiologiques ne suffisent pas à contrôler la dyspnée, des traitements pharmacologiquessymptomatiques leur sont associés.
Opioïdes
• Ils diminuent l’effort respiratoire en réduisant la réponse ventilatoire à l’hypercapnie, à l’hypoxie et à l’exercice. Ils contribuent à atténuer la dyspnée de repos. Leur rôle dans la dyspnée d’effort restecontroversé.
• La morphine est l’opioïde le mieux étudié dans cette indication; elle est utilisée en première intention: – administration initiale sous forme de réserves, à prescrire d’office aux 4 heures si utilisation de plus – patient naïf d’opioïde: morphine PO 2,5 mg aux 4 heures + 6 réserves à doses équivalentes,– patient déjà sous opioïde à visée antalgique: augmentation des doses de 25% + 6 réserves – dosage plus faible chez les patients âgés, BPCO, insuffisants rénaux ou souffrant de SLA, – titration par paliers de 20 à 30% selon la réponse clinique et la progression de la dyspnée (voir Guide des soins palliatifs du médecin vaudois No 1 – 2007).
• Privilégier la voie orale sauf en cas de troubles de la déglutition, du transit, de delirium, de baisse de la vigilance ou de dyspnée sévère nécessitant un traitement rapide.
– En cas d’effets secondaires intolérables ou de réponse insatisfaisante à la morphine, effectuer une rotation à l’hydromorphone (voir Guide des soins palliatifs du médecin vaudois No 1 – 2007).
• La morphine et l’hydromorphone à libération retardée ont une place encore insuffisamment étayée: les réserver à une dyspnée lentement évolutive en s’assurant de leur efficacité.
• L’oxycodone, le fentanyl (transdermique et SC) et la buprénorphine (transdermique et SL) ne sont pas documentés dans la littérature dans cette indication.
f Effets secondaires des opioïdes: voir Guide des soins palliatifs du médecin vaudois f Chez le patient BPCO, peser soigneusement l’indication aux opioïdes et titrer particulièrement prudemment; stopper le traitement si les effets secondaires dépassentle bénéfice.
Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs Anxiolytiques
• La dyspnée est une source fréquente d’anxiété: le meilleur anxiolytique est donc un traitement efficace • Une dyspnée peut s’accompagner d’un état anxieux et/ou dépressif réactionnel ou d’épisodes de panique (peur de mourir étouffé). Il est essentiel de rechercher et de traiter ces troubles afin de réduireleur impact sur la qualité de vie et leur influence sur les choix d’attitude exprimés par le patient.
– état de panique, anxiété chez un sujet jeune,– benzodiazépine à durée d’action intermédiaire, sans métabolite actif: lorazépam (Temesta®) SL 0,5-1 mg aux 8 heures à titrer selon la réponse clinique, – si état de panique sévère réfractaire au lorazepam, midazolam (Dormicum®) SC continu 0,5 mg/heure à titrer selon la réponse clinique.
f Sédation.
f Delirium, en particulier chez les patients âgés.
– dépourvue d’effets sédatifs et dépresseurs respiratoires, contrairement aux benzodiazépines,– bonne efficacité sur l’anxiété mais faible sur les états de panique,– dose initiale: 5 mg 3×/j puis titration,– dose maximale: 20 mg 3×/j,– délai d’action: 2-4 semaines.
Diminuer les doses en cas d’insuffisance rénale ou hépatique.
– utilisés en première intention lors d’anxiété chez le patient âgé, confus ou souffrant d’un – utilisés en seconde intention lors de crises de panique,– lévomépromazine (Nozinan®) PO/SC 3-5 mg aux 8 heures + 3 réserves à doses équivalentes – chez un patient en fin de vie, sévèrement dyspnéique, la lévomépromazine SC peut être administrée alternativement avec la morphine SC toutes les 15 à 20 minutes jusqu’à obtentiond’un effet satisfaisant.
f Sédation.
f Rétention urinaire, hyposialorrhée, constipation.
f Hypotension (éviter la voie IV).
Autres médications utiles
• En cas de composante cardiaque avérée ou suspectée: – test au furosémide (Lasix®) SC/IV 20-40 mg selon fonction rénale,– nitroglycérine PO ou transdermique 5-10 mg.
– si collaboration suffisante, ipratropium + salbutamol (Atrovent® + Ventolin®) en aérosols,– si collaboration insuffisante, salbutamol (Ventolin®) SC 0,25-0,5 mg aux 4 heures,– si composante inflammatoire associée ou encombrement, dexaméthasone (Méphamésone®, Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs • Dyspnée associée à un encombrement bronchique (râles agoniques: voir Guide des soins palliatifs du médecin vaudois No 6 – 2008, p. 18)– anticholinergiques: – glycopyrrolate de sodium (Robinul®) SC 0,2-0,4 mg aux 4 à 6 heures ou 1,2-2 mg/j en continu ou– scopolamine transdermique 1,5 mg, 1-3 patchs/72h ou– sulfate d’atropine (Bellafit®) SL (20 gouttes = 0,5 mg) 0,1-1,2 mg aux 4 à 6 heures,– si échec, lévomépromazine SC 3-5 mg aux 8 heures; titrer en fonction de la réponse clinique.
La scopolamine et l’atropine peuvent induire un delirium.
• Bien qu’utilisée principalement dans l’insuffisance respiratoire chronique, la VNI peut être utile dans l’approche palliative de la dyspnée, qu’il s’agisse d’une dyspnée terminale ou d’une péjorationpassagère, notamment lorsqu’elle est associée à une hypercapnie.
• La VNI peut être mal tolérée, voire inconfortable: irritation oculaire, plaies cutanées, gêne des sangles, pression du masque, alarmes, insufflation gastro-intestinale.
• Elle requiert une expertise particulière de l’équipe afin d’obtenir en priorité une amélioration du confort et de la qualité de vie du patient rendus possibles par la maîtrise du matériel et de ses réglages.
• Un bon niveau de compréhension du patient et de son entourage quant aux objectifs visés • Limites de la VNI rencontrées fréquemment en fin de vie: – encombrement bronchique,– mauvaise collaboration du patient,– incompréhension du personnel soignant,– difficultés d’application à domicile dans les situations terminales.
• D’autres aides mécaniques peuvent être discutées avec le pneumologue, telles que la spirométrie incitative ou le cough assist (appareil destiné à suppléer une toux inefficace).
• L’hypnose est celle dont les effets bénéfiques sur la dyspnée sont le mieux documentés.
• Les techniques de relaxation améliorent la capacité fonctionnelle et les échanges gazeux en harmonisant la fréquence et les cycles respiratoires (rapports inspirium/expirium).
• Lorsque les traitements étiologiques et symptomatiques ne suffisent pas à soulager le patient, malgré une réévaluation des diagnostics et des traitements, on parle de dyspnée réfractaire.
• Lorsque celle-ci est intolérable pour le patient, elle peut justifier une sédation palliative qui consiste à réduire son niveau de conscience à l’aide d’une médication sédative telle que le midazolam(Dormicum®) SC en continu.
• Les critères cliniques et éthiques qui encadrent cette pratique sont: – l’intention est de soulager la détresse du patient,– la pathologie est connue et terminale,– le symptôme réfractaire est sévère,– le patient et les proches sont informés des objectifs et des risques de la sédation,– le patient doit donner chaque fois que possible un consentement éclairé,– il existe un consensus au sein de l’équipe soignante,– la diminution de conscience est réversible,– le degré de sédation est monitoré étroitement.
• La sédation palliative sera abordée de façon plus détaillée dans le cahier du Guide des soins palliatifs du médecin vaudois consacré aux dimensions éthiques.
Guide des soins palliatifs n° 10-2009 La dyspnée en soins palliatifs BREDIN M, CORNER J, KRISHNASAMY M, et al. Multicentre intervention for breathlessness in patientswith lung cancer.
BMJ 1999; 318 : 901-905.
RIPAMONTI C, FUSCO F. Respiratory problems in advanced cancer.
Support Care Cancer 2002; 10 : 204-216.
JENNINGS AL, DAVIES AN, HIGGINS JPT, et al. A systematic review of the use of opioids in the managementof dyspnea.
Thorax 2002; 57 : 939-944.
BOOTHA S, ANDERSONB H, SWANNICKC M, WADED R, et al. The use of oxygen in the palliationof breathlessness. A report of the expert working group of the scientific committee of the associationof palliative medicine.
Respir Med 2004; 98 : 66-77.
Supportive care in respiratory disease. Edited by Sam H. Ahmedzai and Martin F. Muers.
Oxford University Press, 2005.
PERRIN C, JULLIEN V, DUVAL Y, et al. Place de la ventilation non invasive dans les soins palliatifset en fin de vie.
Rev Mal Respir 2008; 25 : 1227-1236.
Equipes mobiles en soins palliatifs (EMSP) Les EMSP sont des équipes interdisciplinaires à la disposition des médecins traitants,des infirmières, des équipes, des infirmières ressources en soins palliatifs dans les soins aux patientspalliatifs à domicile, en EMS, en hôpitaux ou en institutions pour personnes handicapées.
EMSP Arc (Ouest)
079 783 23 56 • [email protected]
EMSP Arcos (Centre)
021 314 16 01 • [email protected] • http://www.arcosvd.ch
EMSP Ascor – FSC (Est)
079 366 96 86 • [email protected] • http://www.reseau-ascor.ch
EMSP Nord – Broye
079 749 37 39 • [email protected]
Service de soins palliatifs/CHUV
021 314 02 88 • soins.pa[email protected] • http://www.chuv.ch
Equipe pédiatrique cantonale de soins palliatifs et de soutien DMCP – CHUV
079 772 59 81 • [email protected]
EHC Hôpital d’Aubonne
021 821 41 11
EHNV – Site Chamblon
024 447 11 11 • [email protected] • http://www.ehnv.ch
EHNV – Site Orbe
024 442 61 11 • [email protected] • http://www.ehnv.ch
Fondation Rive-Neuve
021 967 16 16 • [email protected] • http://www.rive-neuve.ch
Hôpital de Lavaux, Unité de soins palliatifs
021 799 01 11 • [email protected]
Hôpital Riviera, Site de Mottex soins palliatifs
021 943 94 11 • [email protected]
Centre de diffusion – Service de soins palliatifs – CHUV
021 314 51 67 • [email protected]
Guide des soins palliatifs du médecin vaudois Cahier No 1
Cahier No 2
Cahier No 3
Le traitement des douleurs musculo-squelettiques non cancéreuseset neuropathiques Cahier No 4
Cahier No 5
Cahier No 6
Les urgences et les dernières heures à domicile Cahier No 7
Les soins palliatifs à domicile et les équipes mobiles de soins palliatifs Cahier No 8
Les principaux symptômes digestifs en soins palliatifs Cahier No 9
Le delirium et l’hydratation en soins palliatifs Cahier No 10 La dyspnée en soins palliatifs

Source: http://www.rezonord.net/rnb_v4/media/10_GSP2009.pdf

sfunet.files.wordpress.com

YASMIN DAVALI Alder: 22 Beskæftigelse(udenfor SFU): Sambas på RUC Afdeling: SFU-Amagerbro Indmeldt i SFU i år: 2007 Beskriv de erfaringer du bidrager med til SFU’s landsledelse: Jeg startede som aktiv i Sønderborg og Sønderjyl and, jeg har siddet i ledelsen i to år, ligesom jeg 2009-2010 var ansat som organisationskonsulent i SFU. I løbet af det sidste år har

Sammanfatttning av en omreglerad apoteksmarkna (2013:7)

Sammanfattning Statskontoret har på uppdrag av regeringen följt upp och utvärderat apoteks-omregleringen utifrån målen för omregleringen. Statskontoret bedömer att målet om ökad tillgänglighet till läkemedel och målet om låga läkemedelskostnader har uppfyllts i hög grad. Samtidigt be-dömer Statskontoret att målet om bättre service och tjänsteutbud och målet om bibehålle

Copyright ©2010-2018 Medical Science