We bring to your attention a new website where you can buy priligy australia at a low price with fast delivery to Australia.

Microsoft word - prozac.doc

LE PROZAC ET LE PORTIQUE1
LOUIS VAN DELFT
« Considérer les choses qui se passent sur terre comme d’un lieu élevé ».

Bleu bonheur
Je suivis le noble vieillard(2). De splendides paysages s’offrirent à mes regards. - C’est ici « le paysage de l’âme tranquille », dit Mister Spectator. C’est d’ici qu’on a la meilleure perspective sur le globule d’où vous venez. Il faut en convenir, sa situation n’est en rien enviable. Jamais de soleil que sur une face ! De là cet air falot, irréel. On dirait un théâtre d’ombres. Un peu partout d’admirables jardins, mais des sculptures abominablement ringardes : l’Olympe, le mont Parnasse, Flore et Pomone, satyres, nymphes. Et puis des inscriptions : « THEATRUM MUNDI », « CONNAIS-TOI TOI-MEME », « MUNDUS EST FABULA ». Le « monde », son cirque ou « théâtre », sa farce ou sa « fable » ? Dans l’état de fatigue où je me trouvais après tant de tribulations sur Terre, mon voyage interstellaire, mon naufrage, je n’avais pas la tête à d’aussi sublimes conceptions. Pour connaître le bonheur d’être à ce point dégagés, ces Messieurs de l’« Académie invisible » devaient jouir de bien des loisirs. C’est qu’ils en avaient terminé, eux, avec la Terre. Etait-ce donc là le vrai privilège, le bien souverain ? Dans le même temps, mon esprit n’était occupé que de Mlle Stultitia, la maîtresse de Monsieur Erasme, cette délicieuse créature qui seule avait eu le secret de me réconcilier un peu avec leur « théâtre » ou leur « fable ». Mais comme le « tour » qu’elle m’avait fait faire de la boulette terrestre, ce coup d’œil qu’il m’avait été donné, grâce à elle, de jeter dans les coulisses, avaient été éphémères ! Et combien brèves cette initiation à la légèreté, cette leçon de savoir rire de tout le simulacre d’en bas ! Ne m’étais-je pas, en grand benêt, épris d’une Stultitia à jamais inaccessible, lancé à l’éperdue poursuite d’une chimère ? Jamais rien ni personne ne serait capable de me faire voir le fameux « théâtre » comme d’une loge. Monsieur Chamfort m’a dit un jour là-haut qu’il faut être constamment « en état d’épigramme » contre son prochain, s’entraîner à regarder le monde comme, d’un endroit éclairé, on voit « dans une chambre obscure les gestes ridicules de ceux qui s’y promènent au hasard ». Mais le clown, « le badin de la farce » (comme dit toujours là-haut Monsieur Montaigne), c’était moi ! Pourquoi la loge, le bonheur du spectateur me sont-ils définitivement refusés à moi, accordés à tant d’autres, qui ne se rendent pas même compte à quel point ils sont favoris des dieux ? 1 Paru d’abord dans Commentaire, n° 112, hiver 2006. Repris dans Théâtres du monde, n° 17, 2007, p. 229-234. 2 Voir Commentaire, n° 109, printemps 2005, p. 208-212 et n° 111, automne 2005, p. 731-734. Depuis un bon moment déjà, je ressentais nausées et crampes. Je perdis connaissance. En tombant à terre, je vis glisser de mon sac à dos les dernières des douzaines de boîtes de prozac dont, avant de quitter l’impossible boule d’en-bas, je m’étais muni pour pouvoir tenir le coup. Revenant à moi, je perçus très confusément deux autres Académiciens penchés sur moi en même temps que Mister Spectator. J’entendis Monsieur Lucrèce (j’appris son nom par la suite) prononcer avec bonté : - Cette tête en l’air n’est vraiment encore qu’un enfant. Voyez, il ressemble au matelot qu’ont rejeté des flots cruels. Il gît à terre, comme nu, incapable de parole, dépourvu de tout ce qui aide à la vie, depuis l’instant où la nature l’a jeté sur le rivage. Il remplit l’espace de ses vagissements, comme il est naturel à l’être qui a encore tant de maux à traverser. De fait, je ne cessais de demander, dans mon délire, si j’étais enfin parvenu au « pays du bonheur ». Il y avait tant d’années que, tout comme mes comprimés d’ecstasy, mes «
pilules du bonheur » promettaient de m’y conduire !
- En voilà donc, at long last - et quel généreux échantillon ! - de ces fameuses pilules bleues
sans lesquelles il paraît qu’ils n’arrivent plus à vivre, dit Robert Burton, alias Democritus
junior (le troisième de ces messieurs). Mais ou je me trompe fort ou leur morgueuse molécule
de synthèse ignore jusqu’au b.a.-ba de tout ce que je montre dans l’Anatomie de la
mélancolie.
Derrière les symptômes de la « maladie d’amour ou mélancolie érotique », je
diagnostique chez le sujet fatigue existentielle, taedium vitae, inappétence pour la vie,
acedia, maligne, peut-être même incurable. Quoi qu’il en soit, Melancolia, ma vieille
partner, ma fuyante proie depuis toujours, merci de m’offrir l’occasion que j’attends depuis
quatre siècles de ressortir mes scalpels ! Tu verrras, j’ai la main plus sûre, l’incision plus
experte que jamais !
Soleil noir
Des paroles d’aussi lugubre augure déclenchèrent tout. La méga-crise, pire qu’aucun trip ! Je basculai dans le vide, aspiré par une force implacable. Je tombais sans fin à travers les espaces infinis. Des visages de Spectateurs grimaçaient autour de moi. Pour autant que j’arrive à le reconstituer, mon échange avec l’assistance (le peloton des trois messieurs s’était étoffé par l’arrivée d’une brigade de personnages qui, bizarrement, disaient venir tout droit d’Athènes et d’un « Portique ») a ressemblé à quelque chose comme ceci : Marc-Aurèle : Reviens à toi, recouvre ton bon sens ! Sors de ton sommeil, rends-toi compte que ce sont des rêves qui te troublaient. Considère tes pensées tout comme tu considérais tes rêves. Moi : Je n’en peux plus d’exister, d’être moi ! Caton : Retrousse tes manches, trempe ton âme ! Moi : On ne m’a pas donné la clef ! Epictète : Décide de vouloir ce qui arrive et tu seras heureux. Moi : On me laisse au bord de la route ! Caton : Honte à toi qui ne sais que geindre, te plaindre, et qui sans cesse réclames de l’assistance ! Moi : Il n’y a pas de repère, il n’y a aucun sens ! Marc-Aurèle : Pourquoi, dis-moi, as-tu été créé ? Pour le plaisir ? Une telle idée est-elle seulement recevable ? Je sombrai, je coulais à pic dans de glauques fonds marins. Un énorme poulpe m’enlaçait de tentacules visqueuses, m’enveloppait d’encre noire, âcre, atteignant jusqu’aux arcanes de mes viscères, de ma cervelle, de toute ma pauvre « machine » (ce « pauvre petit corps humain », mon reste de « vie frêle et caduque », comme dit là-haut Monsieur Montaigne). Aucune lumière ne parvenait plus. Toute mer se renversait, un soleil noir, incandescent, dardait sur moi des rayons aveuglants, affilés comme couteaux de boucher. Jamais les Spectateurs de la vie ne me laissaient arriver à l’unique destination où je voulais à tout prix parvenir : au point de non-retour, au terminus enfin. Du fond de la vase, j’entendais par bribes Robert Burton. Je n’arrêtais plus de divaguer. Mon propos devait tenir du délire. Les messieurs du « Portique » ne lâchaient aucunement prise. Burton : Cavités du cerveau : bleues. Estomac : bleu. Rate : bleue. Bile : bleue. Accoutumance symptomatique, bleue. Moi : Je ne suis pas à la hauteur ! Je ne le serai jamais ! Epictète : Sustine et abstine. Moi : Depuis toujours, je m’enfonce ! Marc-Aurèle : Sois comme le promontoire contre lequel incessamment se brisent les flots ! Moi : Je ne sais pas vivre ! Marc-Aurèle : Abandonne-toi de bonne grâce aux Parques, laisse-les filer sans te troubler ! Moi : Je suis en manque ! Sénèque : Le sage se suffit à lui-même. Moi : Je suis en manque ! Mon prozac ! Ma dose ! Mes boîtes ! Vous me soûlez ! Tous : O tempora, o mores ! Burton : Mélancolie aduste. Poussées suicidaires. Moi : Je ne m’en sortirai jamais ! S’il vous plaît, une boîte. Ou un carton. Pour rester zen. Cicéron : Ne pas être vaincu, n’offrir nulle prise à la fortune, c’est là appartenir pleinement à la république du genre humain. Moi : Je suis démâté. Laissez-moi couler ! Burton : Traiter au tetrapharmakos du concurrent Epicure. Ne rien changer à la formule des quatre ingrédients philoactifs : Dieu n’est pas à craindre ; la mort n’est pas à redouter ; le bien est aisé à atteindre ; le mal est aisé à supporter. Moi : On me laisse tomber. Et le sourire ? Et la « solidarité » ? Votre « cohésion sociale », rien que du pipeau ! Epictète : N’accusons personne d’autre que nous-mêmes. C’est la marque d’un petit esprit de s’en prendre à autrui. Sénèque : Assurément. Et le souverain bien, c’est la vertu. Epictète : En bien comme en mal, attends tout de toi-même. Moi : Aidez-moi ! Marc-Aurèle : En toute occasion, pose-toi cette question : ai-je été utile à la communauté ? Moi : Mais enfin, je souffre ! Ça ne se voit pas assez ? Vous n’êtes pas humains ! Marc-Aurèle : Les choses ne sont que l’idée que tu t’en fais. Cicéron : On ne peut ni nuire au sage ni lui être utile. Le sage ne demande pas d’aide et ne peut subir de dommage. Conscient de son devoir de citoyen, le sage est attentif à l’intérêt général, plus qu’au sien propre. Je voulais - et ne voulais pas - atteindre l’escale absolue. De toutes mes forces, j’aspirais à en finir, et pourtant, sans moi-même comprendre pourquoi, de toutes mes forces je continuais à lutter. Je n’avais plus pied, plus la moindre prise, le moindre appui. Soudain, le poulpe-soleil devint. celle-là même que j’avais vue un jour sur une gravure allemande, celle-là même, pesante, massive, aux regards sombres, errants et déments, dotée de deux ailes géantes qui, loin de protéger, s’abattirent impitoyablement sur moi, se replièrent, m’enfermèrent, m’asphyxièrent. MELANCOLIA ! Rideau - enfin.
Crooks

C’est à croire qu’il est l’enjeu, le « pauvre petit corps humain », d’une âpre compétition entre Melancolia et Mlle Stultitia. Oui, Stultitia ! Littéralement, elle m’arracha de cet étau mortel et, comme l’autre fois, me fit traverser l’éther en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. Elle découvrit à nouveau tout le théâtre du monde, jusqu’au moindre décor, aux moindres coulisses, au moindre ressort. - Plus-que-nigaud, dit-elle en me serrant affectueusement contre elle, tout en décrivant des cercles autour de la Terre, d’assez haut pour nous préserver de la repoussante couche de pollution, simplet simplicissime, je commençais à m’en douter : tu es une cible toute trouvée, un morceau de choix pour ces crooks des labos pharmaceutiques. Regarde de tous tes yeux ! Nous tombons à pic, ils sont en plein conseil d’administration. Or, voici, en substance, ce que je vis et ce qu’il me fut donné d’entendre. Une bonne dizaine de membres du C.A. Inutile de vous les décrire : tous étaient rutilants de décorations, rubiconds de satisfaction, scrupuleux et attentifs jusqu’à l’ultime décimale, sur le point des jetons de présence. Leur « boîte » (comme ils disaient d’un ton tendrement pro) se trouvait dans « une situation inédite », il fallait, pour la première fois de leur success story, « négocier un tournant délicat ». - La campagne de presse s’intensifie, dit le chef de bande. Notre médicament vedette a du plomb dans l’aile, nous perdons des parts de marché tous les jours. Il y a cette odieuse rumeur montée de toutes pièces par nos concurrents immédiats, faisant état d’effets secondaires, de poussées suicidaires. Je veux un plan de redressement. Je vais procéder à un tour de table. Be creative ! Le premier : Opérer percée sur marchés émergents. Chine ! Introduire produits dans pays dits en voie de développement. S’inspirer du coup de Nestlé. Le deuxième : Développer force de vente. Augmenter prime rendement visiteurs médicaux. Le troisième : Déficit d’image. Rajeunir ! Dépoussiérer ! Se payer Zidane. Sérieux coup de jeune par mécenat, pub. Sport ! Sexe ! Associer prozac à « exploit ». Ou alors : jeu. Quelque chose comme « Ma vie est une croisière ». Le quatrième : Booster Département Research. Créer think tank. Elargir gamme. Diversifier offre : prozac-tao, prozac-catho, prozac-stoa, prozac-shiite, sunnite, shintô. Placebos, you got it ! Molécules nouvelles tirent croissance. Le cinquième : Outsourcing ! Consulting ! Collaborative business ! Leadership ! Hard power ! Le sixième : Tout faux ! Créér toujours plus besoin. Médicaliser toujours plus existence. Encourager tout média défaitiste, diffuser news toujours atroces. Enfoncer en plein kaka pour donner envie s’envoler dans azur. Qu’ils se sentent de plus en plus perdus, sans but. Peur ! Angoisse ! Panique ! Chiffre garanti. Clouer bec à tous ceux qui donnent confiance, raisons d’espérer, de vivre. Racheter et couler tous éditeurs qui les publient. Attention : jouer toujours transparence ! Le septième : Nul ! Se diversifier dans armement. Secteur gros porteur. Le huitième : Droit dans mur ! Joint-venture ! Merger ! OPA sur number 2 ! Faut ce qu’il faut. Pour renouer avec success story, jolie corbeille mariage ! Le neuvième : Ne pas attendre l’AMM ! (3). Ne plus attendre bon vouloir ploucs Agence du 3 Autorisation de mise sur le marché [N.D.L.R.] médicament. Quand industrie rend à humanité insigne service mettre au point molécules nouvelle génération, odieux lui coller principes, logique économique papa ! - Mademoiselle Stultitia, dis-je, c’est absolument honteux, affligeant. - Appelle-moi Miss Folie, coupa-t-elle. Stultitia, c’est classique, c’est bon pour Monsieur Désiré et les amants docteurs. Miss Folie, ça fait music-hall, hollywood, j’adore ! Toi et moi, nous sommes les gens de maintenant. Comme elle me sentait frémir d’indignation : « Perplexe, dit-elle, ne fais pas l’enfant ! Arrête de prendre le monde au tragique, tu n’es pas immortel. Regarde-les de tous tes yeux, ces crooks, ils sont vraiment cool ! » - C’est calamiteux, c’est indigne, c’est révoltant, c’est. - Ballot, Plus-que-ballot, je ne te dis pas d’en rire comme sur la nef des fous. Tu ne t’en es jamais douté ? Il y a rire et rire. Sur la nef du capitaine Sebastian, dans les « petites maisons » de signor Garzoni, ils sont tous « blessés du cerveau » pour de bon. Monsieur Lorenzo, d’ailleurs Herr Sebastian aussi, ne se gênent pas pour les traiter carrément d’« incurables ». Mais le rire de Monsieur Désiré, celui de tous mes amants. - Je vous dis, moi, que c’est un scandale ! Il n’y a pas de mots. Le capharnaüm dans lequel on nous jette, en bas, c’est une honte. C’est une dévastation, une jungle, un zoo, un vrai musée des horreurs, il faut avoir l’âme vile comme l’énergumène que j’ai vu, même chez vous, dans son tonneau. - Mon amant Diogène ? C’est pas un gobe-mouches comme toi ! Et il n’est pas raide et sec comme ceux du Portique ! Ceux-là, ils ont tous avalé leur parapluie ! Sache que c’est tout un savoir que le rire de gens comme lui et comme Herr Friedrich et Monsieur Lucien. Mais laisse tomber, va, Perplexe, je ne peux pas tout réparer, ils t’ont vraiment trop abêti, en bas, tous leurs ministres fossoyeurs de l’éducation. (Dieux ! qu’elle pouvait être dure ! Elle disait aussi : ministres de la forfaiture.) - Moi aussi, je veux rire ! Mais Melancolia me ronge, me dévore l’estomac. Comme si elle avait pris possession de moi. Miss Folie, apprends-moi ! - Eh bien, sache qu’il est divers rires. Le rire abruti, imbécile, de celui qui s’éclate avec la foule, qui a l’audace de se croire doué de raison, mais qui n’est qu’une outre pleine de vent et de préventions. Le rire vraiment cynique de celui qui n’a vraiment nulle pitié. Le rire du « peuple », celui des « demi-habiles », comme dit Monsieur Blaise. Sache qu’il y a aussi le rire qui « rafraîchit le sang » de celui qui a su éviter une sottise. De celui qui n’est pas dupe et qui s’apprête à se mesurer avec les imposteurs, les crooks. Plus d’un esprit chagrin, parmi nos Spectateurs de la vie, te dira, comme Monsieur de La Bruyère, qu’« il faut rire avant que d’être heureux, de peur de mourir sans avoir ri ». Je t’accorde que le rire de Monsieur Démocrite, et même celui de son arrière-arrière-neveu Burton, l’homme aux lancettes et aux scalpels qui veut qu’on l’appelle Democritus junior, est grinçant, empêché, parce que ces gens-là, dans le fond, sont encore plus mélancoliques que leur éternel compère Héraclite. Le rire auquel je te convie - mais est-ce que tu sauras seulement comprendre ça, toi qui as eu le bac des fossoyeurs avec mention très bien ? - c’est celui de mon amant Désiré, celui du Spectateur militant, qui sait bien ce qu’il en est, du cirque et de la farce, mais qui se retrousse les manches, plein de « gai savoir ». - Gai savoir ? Miss Folie, apprends-moi ! - Gai savoir, gai savoir, est-ce que je sais, moi ? « Gaya scienza », tiens ! Ils disent qu’ils forment une chaîne à travers les âges. De Monsieur Ménippe à Herr Friedrich au moins, en passant par señor Baltasar Gracián et monsieur le duc de La Rochefoucauld, et encore par le plus puissant de mes amants, Giordano, qui leur a forgé leur devise : In tristitia hilaris, in hilaritate tristis. Je l’aime beaucoup, sa devise, parce qu’il y a un peu de compassion. Je suis bien moins dure que tu ne crois. - Une chaîne, as-tu dit, Folie ? - Oui, toute une chaîne, de « spectateurs engagés », de « rieurs à bon escient » ou d’ « attristés dans l’allégresse », enfin, je ne suis pas théorétique, moi. Et puis, il va falloir qu’on se presse, j’ai plus d’un rendez-vous, là-haut. - Une chaîne. Mais alors. Miss Folie, ramène-moi ! Non, pas chez vous ! Sur le « théâtre du monde ». A nous deux, maintenant ! Je veux réessayer ! - Ah ça, non ! C’est beaucoup trop tôt ! Tu vas encore donner tête baissée chez les fossoyeurs, les crooks ! Et les philosophes branchés ne débitent leur « phénoménologie éthique » qu’en se moquant d’un benêt comme toi. Simplex sigillum veri, « simplcité, sceau du vrai », leur réflexion n’est pas poussée jusque-là ! Et malgré toute ma résistance, elle me ramena de deux ou trois coups d’aile sans riposte à l’« Académie invisible ». Le monde, ajouta-t-elle, pleine d’affection, en m’envoyant voir Boèce (une amie, je suppose), filait du bien trop mauvais coton pour des naïfs de mon espèce, tant que je n’aurais pas fait de gros progrès à l’école des Spectateurs de la vie. LOUIS AUTRE CHAPEAU POSSIBLE

[Déçu par la boulette terrestre et les philosophes branchés incapables de l’aider à découvrir
un sens à sa vie, Perplexe est parvenu à rejoindre, au-delà de l’épicycle de Mercure, les «
Spectateurs de la vie » loués par Montaigne. Mister Spectator, fils de MM. Addison et Steele,
l’introduit dans leur « Académie invisible », fondée par Francis Bacon.]

Source: http://www.louisvandelft.com/prozac.pdf

viewlondon.co.uk

House Cocktails Short £7.00 Bottle 250ml Long £7.00 First Snow II Banchetto (Italy) £13.95 £4.80 A delicate concoction of San Rafael Sauvignon (Chile) £15.95 £5.50 Shochu, Aperol aperitif, Piropo Pinot Blanc (Argentina) £16.95 £5.80 Shochu mixed with lychee, lychee and grapefruit Conti Rossi Pinot Grigio

basler-open.ch

BASLER-OPEN KARATE RANGLISTE 10-11. September 2011 KUMITE U10 - U16 Female U 10 -35 1 Asliniu MUTLUAY 2 Sevgi KARS 3 Hale UEMSUER 3 Selin SARUCAN Female U 12 -40 1 Tamara STRATNOVIC 2 Nur KARS 3 Sude SOENMEZ 3 Iva BULIC Female U 14 -40 1 Gülden ALEYNA 2 Manuela VERMUTH 3 Perihan SERTDAG 3 Laura MANGANIELLO Female U 14

Copyright © 2010-2014 Medical Science