We fetch to your attention a new website where you can buy priligy australia at a low price with fast delivery to Australia.

353

Pour mieux soigner :
des médicaments à écarter

garde sont peu audibles, noyées
dans le flot de la promotion.

La prudence dans le choix
Les soignants de première ligne
d’un médicament est de préférer
qui veulent agir dans l’intérêt
les plus éprouvés, dont les effets
premier des patients se
nocifs sont rendus acceptables
retrouvent en difficulté, à contre-
par une efficacité démontrée sur
courant de l’opinion de
des conséquences concrètes.
nombreux spécialistes,
Mais chaque année, de nombreux
des autorisations de mise sur
nouveaux médicaments sont
le marché et des décisions
autorisés, souvent sans preuve
de remboursement des assureurs
d’un progrès par rapport
maladies.
aux médicaments de référence.
En agissant par demi-mesures
Parfois, ils sont en fait moins
et en laissant des médicaments
efficaces ou plus nocifs.
plus dangereux qu’utiles sur
Et en général, une promotion
le marché, les autorités de santé
massive leur assure une image
ne font pas leur travail
positive aux yeux des soignants
de protection des patients.
et des patients. Des leaders
Prescrire, financée uniquement
d’opinion renommés interviennent
par les abonnés, n’a pas
en leur faveur dans des congrès
les moyens de faire le travail
et les médias spécialisés. Ces
des autorités de santé. Et n’y
opinions sont relayées de proche
prétend pas. Mais Prescrire s’est
en proche par des spécialistes
organisée pour aider les
du domaine. Des campagnes
soignants à mieux soigner. Dans
de presse mettent en avant
le texte qui suit, l’Équipe
le problème de santé visé par
Prescrire rappelle les principaux
le médicament, ce qui pousse
médicaments plus dangereux
les patients concernés à
qu’utiles, à écarter
demander le médicament. Etc.
au terme des analyses publiées
Pour d’autres médicaments,
dans Prescrire de 2010 à 2012.
plus anciens, les espoirs initiaux
Les patients et soignants ont
d’efficacité sont défaits par
intérêt à réviser les traitements
les avancées de l’évaluation.
en cours, à écarter ces
Ou bien leurs effets indésirables
médicaments plus dangereux
s’avèrent plus importants qu’on
qu’utiles, et à préférer
ne pensait.
les traitements éprouvés.
Au final, pour ces divers motifs,
Sans attendre que les autorités
de nombreux médicaments sont
décident enfin les retraits
utilisés, alors qu’ils sont plus
du marché qui s’imposent au vu
dangereux qu’utiles.
des données d’évaluation.
Mais, les données en défaveur
des médicaments et les mises en
PAGE 138 • LA REVUE PRESCRIRE FÉVRIER 2013/TOME 33 N° 352 Téléchargé sur prescrire.org le 02/02/2013 Copyright(c)Prescrire. Usage personnel exclusivement à éviter alors qu’ils sont officiellement − le fénofibrate (Lipanthyl° ou autre), le bézafibrate (Befizal°) et le ciprofibrateEn France, début 2013, trop de médi-
caments à balance bénéfices-risques
D’ici à des décisions de retrait, c’est défavorable restent commercialisés. Les
aux autorités sanitaires de faire savoir autorités de santé n’ont pas fait leur tra-
vail de protection des patients en auto-
patients la réalité de ces médicaments.
rénaux (n° 329 p. 193). Le gemfibrozil risant ou en laissant ces médicaments
plus dangereux qu’utiles sur le marché
malgré des signaux d’alerte manifestes.
Pour inciter les autorités à un sursaut
− l’ivabradine (Procoralan°), sans avan- salutaire et aider les soignants et pa-
dans Prescrire de 2010 à 2012 (concer- tage dans l’angor et dans l’insuffisance tients à se préparer aux retraits du mar-
ché justifiés par les données de l’éva-
luation, ce texte liste les principaux médi-
caments à écarter, au terme des analyses
publiées dans Prescrire de 2010 à 2012.
− le nicorandil (Adancor° ou autre), ● Souvent d’autres options plus favo-
rables existent. Parfois, dans certaines
situations, un médicament n’est pas le
trée au-delà de l’effet symptomatique meilleur choix. Mieux vaut prendre le
dans l’angor, expose à des ulcérations temps de les chercher avec les patients.
Rev Prescrire 2013 ; 33 (352) : 138-142.
Chaque mois, Prescrire apporte −de médicaments anciens dont l’uti- dérivé nitré ;
lisation est dépassée, car d’autres ont − la trimétazidine (Vastarel° ou autre), taines utilisée dans l’angor sans effi- cacité démontrée au-delà de l’effet n’est pas prouvée au-delà d’un effet d’entre eux restent commercialisés.
− les “vasodilatateurs”, particulière- gle, utilisés dans les “déficits cognitifs neurosensoriels liés à l’âge” : la dihy- droergocryptine (dans Vasobral°), la dihydroergocristine (Iskédyl°), la dihy- apporter de gain notable d’efficacité. droergotoxine (Hydergine°), la nicer- goline (Sermion° ou autre), sans effi- disponible  ; nous l’énonçons briè- cacité prouvée, exposent à des risques plus elles laissent les patients exposés − L’aliskirène (Rasilez°), un antihy- − l’association à doses fixes cafédrine + théodrénaline (Praxinor°), des sym- LA REVUE PRESCRIRE FÉVRIER 2013/TOME 33 N° 352 • PAGE 139 Téléchargé sur prescrire.org le 02/02/2013 Copyright(c)Prescrire. Usage personnel exclusivement Ouvertures Pour soigner au mieux, des médicaments à écarter
D’autre part, le fer dextran (Ferri- utiliser avec précaution la midodrine poids, sans preuve d’effet favorable à sensibilités que les autres spécialités à base de fer injectable disponibles dre du poids et s’en tenir à des mesures amlodipine + valsartan + hydrochloro- thiazide (Exforge HCT°), qui exposeà une utilisation abusive d’une tri- − Le tacrolimus dermique (Protopic°), indésirables et des interactions, à des − La tibolone (Livial°), un stéroïde de − la méquitazine (Primalan°), un anti- l’ovaire, etc.) (n° 320 p. 432). Quand histaminique H1 “sédatif” et “atro- pinique” dans les allergies, d’efficacité du rythme cardiaque (n° 337 p. 819).
cités ci-dessous sont à retirer du mar- niques non “sédatifs” et non “atro- piniques” tels que la loratadine (Cla- rityne° ou autre) ou la cétirizine − La dompéridone (Motilium° ou − la prométhazine injectable (Phener- − le catumaxomab (Removab°) n’aug- dexchlorphéniramine injectable (Pola- − le panitumumab (Vectibix°), n’aug- favorable, tels les antiacides ou l’omé- prazole (Mopral° ou autre) dans le − le prucalopride (Resolor°), un médi- tels que la saxagliptine (Onglyza°), la − la trabectédine (Yondelis°), sans effi- sitagliptine (Januvia°, Xelevia°) et la vildagliptine (Galvus°), sans efficacité un profil d’effets indésirables chargé, − le vandétanib (Caprelsa°), sans effi- les cancers médullaires de la thyroïde, expose à des effets indésirables graves − La moxifloxacine (Izilox°), une fluo- ments éprouvés, tels la metformine (Glucophage° ou autre), le glibencla- mide (Daonil° ou autre) et l’insuline ; − la vinflumine (Javlor°) n’apporte − l’orlistat (Xenical° ou autre) a des nés au regard d’une efficacité modeste PAGE 140 • LA REVUE PRESCRIRE FÉVRIER 2013/TOME 33 N° 352 Téléchargé sur prescrire.org le 02/02/2013 Copyright(c)Prescrire. Usage personnel exclusivement bles cardiaques, hépatiques et visuels(n° 316 p. 115).
− La flunarizine (Sibelium°) et l’in-doramine (Vidora°), des neurolep-tiques en prévention des crises demigraine, ont des effets indésirablesexcessifs au regard de l’efficacité(n° 318 p. 264 ; n° 321 p. 499).
Autant préférer d’autres options,telles que le propranolol (Avlocardyl°ou autre) ; − le natalizumab (Tysabri°), un immu-nodépresseur dont il n’est pas démon-tré qu’il soit plus efficace que les inter-férons bêta dans la sclérose en plaques,expose à des leucoencéphalopathiesparfois mortelles, à des réactions d’hy-persensibilité et à trop d’inconnues àlong terme (n° 333 p. 508) ;− la tolcapone (Tasmar°), un antipar-kinsonien, expose à des atteinteshépatiques parfois mortelles (n° 330p. 273-279). En dernière ligne l’en-tacapone (Comtan° ou autre) est une − la varénicline (Champix°) expose à hypersensibilités parfois graves(n° 342 p. 255) ; − l’étifoxine (Stresam°), d’efficacité − L’almitrine (Vectarion°), utilisée comme “oxygénateur” sans efficacité − l’agomélatine (Valdoxan°), d’effica- − le méprobamate utilisé comme − la pholcodine, un opioïde, expose à − la duloxétine (Cymbalta°) expose à − le milnacipran (Ixel° ou autre) hématologiques sévères, et à des syn- diaques et urinaires (n° 338 p. 906) ; (l’éphédrine, la naphazoline, l’oxymé- − la tianeptine (Stablon°) expose à tazoline, le pseudoéphédrine et le tua- minoheptane) exposent à des troubles hépatiques et cutanées (n° 339 p. 25 ; − la venlafaxine (Effexor° LP ou autre) que la nicotine et exposent à plus − la bupropione (Zyban°), un amphé- − l’omalizumab (Xolair°), un anticorps − l’asénapine (Sycrest°) moins efficace LA REVUE PRESCRIRE FÉVRIER 2013/TOME 33 N° 352 • PAGE 141 Téléchargé sur prescrire.org le 02/02/2013 Copyright(c)Prescrire. Usage personnel exclusivement Ouvertures Pour soigner au mieux, des médicaments à écarter
− la pirfénidone (Esbriet°), un − le piroxicam (Feldène° ou autre), tifs et des atteintes cutanées  ; et le syndromes de Lyell) (n° 321 p. 498).
thiocolchicoside (Coltramyl° ou autre), un dérivé de la colchicine, expose à et cutanés entre autres (n° 350 p.
Ostéoporose. Plusieurs médica-
ble-t-il des convulsions (n° 321 p. 498 ; porose sont à retirer car leur efficacité − le tixocortol (associé avec la chlo- − la quinine (Hexaquine°, Okimus°, rhexidine dans Thiovalone°), expose précaution à l’acide alendronique sibilités, des troubles hématologiques, en rester au paracétamol dans les − le dénosumab (Prolia°) en préven- − la spécialité Colchimax° (colchicine + poudre d’opium + tiémonium) en raison Antalgie. De nombreux antal-
quelettiques, et à des infections liées de la présence de la poudre d’opium p. 168-172). Dans la “perte osseuse”, surdose parfois mortelle de la colchi- favorable sont disponibles. Le para- cine (n° 350 p. 901). Autant en rester cétamol est l’antalgique de premier à la colchicine seule (Colchicine Opo- − le strontium ranélate (Protelos°) − l’association dexaméthasone + sali- cylamide + salicylate d’hydroxyéthyle l’ibuprofène (Brufen° ou autre) et le l’association prednisolone + salicylate naproxène (Naprosyne° ou autre), à de dipropylène glycol (Cortisal°) (n° 338 − le tériparatide (Forsteo°), un pep- tions d’hypersensibilité des salicylés ; − les coxibs : le célécoxib (Celebrex°), autant en rester au paracétamol oral l’étoricoxib (Arcoxia°) et le parécoxib ou à l’ibuprofène topique (Advil° gel − la floctafénine (Idarac°), un AINS Arthrose. Des médicaments uti-
lisés dans l’arthrose sont à retirer du marché car ils n’ont pas d’efficacité démontrée. Autant en rester au para- − le kétoprofène en gel (Ketum° gel justifiés par les données de l’évalua- − la diacéréine (Art 50° ou autre), l’aune de ces objectifs aident à éviter − la glucosamine (Voltaflex° ou autre) − le néfopam (Acupan° ou autre), un 1- Prescrire Rédaction “Objectifs des traitements à
partager avec les patients” Rev Prescrire 2012 ; 32
Divers. D’autres médicaments uti-
− le nimésulide (Nexen° ou autre), démontrée : le méthocarbamol (Lumi- PAGE 142 • LA REVUE PRESCRIRE FÉVRIER 2013/TOME 33 N° 352 Téléchargé sur prescrire.org le 02/02/2013 Copyright(c)Prescrire. Usage personnel exclusivement

Source: http://www.gaucherepublicaine.org/wp-content/uploads/2013/02/pour_soigner_au_mieux_-_des_medicaments_a_ecarter.pdf

lpcjax.org

LAKEWOOD PRESBYTERIAN CHURCH Rev. Terence A. Lucarelli PALM SUNDAY . April 17, 2011 GUESS WHO? Matthew 21:1-11 “Guess who?” I know you’ve played the game. You slip up behind someone, cover their eyes and say, “Guess who?” And they always know! I do that with the preschool kids every once in a while. It’s such a kick. They know who it is . because they’ve usually

pittmandutton.com

LegaL ProfiLes Special advertiSing Section Pittman, Dutton & Hellums PPittman, Dutton & Hellums is a civil litiga-tion law firm with a long history of success-fully serving its clients. For over 25 years, the attorneys at Pittman, Dutton & Hellums have been fighting for individuals involved in a wide variety of accidents at both the state and federal levels. Pittman, D

Copyright © 2010-2014 Medical Science